Les cadres et le plurilinguisme

Exporter la page au format Open Document Voir cette page sous forme de diaporama.

Le chapitre 8 du CECRL

  • publié en 2000
  • compétence plurilingue et pluriculturelle
  • efficacité, économie
  • curriculum intégré
  • transversalité, transfert
  • modules translangues

“On désignera par compétence plurilingue et pluriculturelle, la compétence à communiquer langagièrement et à interagir culturellement d’un acteur social qui possède, à des degrés divers, la maîtrise de plusieurs langues et l’expérience de plusieurs cultures. On considérera qu’il n’y a pas là superposition ou juxtaposition de compétences distinctes, mais bien existence d’une compétence complexe, voire composite, dans laquelle l’utilisateur peut puiser.” (Paragraphe 8.1 du CECRL)

Efficacité et économie :on ne refait pas systématiquement dans toutes les langues, y compris la maternelle, ce qu'on a fait dans les autres.

Curriculum : “parcours accompli par un apprenant à travers une séquence d'expériences éducationnelles, sous le contrôle ou non d'une institution” (Paragraphe 8.4)

Scénarios curriculaires

  • 2 obligatoires et une optionnelle
  • langues voisines : osmose
  • tout connaissance d'une langue est partielle
  • connaissance partielle à retombées
  • un savoir dans une langue est dans plusieurs langues
  • ça ne se termine pas à l'école

Portfolio, profil

  • biographie langagière
  • reconnaissance des compétences partielles

Le CARAP

  • Cadre de Référence pour les Approches Plurielles des Langues et des Cultures
  • Le CELV
  • approches plurielles : 2,…
  • approches singulières
  • 4 approches :
    • approche interculturelle
    • éveil aux langues
    • intercompréhension entre langues parentes
    • didactique intégrée des langues

Le CELV est à Graz en Autriche, il a été fondé en 1995, 33 états membres du Conseil de l'Europe y adhèrent, il soutient la préservation de la diversité linguistique et culturelle et encourage le plurilinguisme et le pluriculturalisme des citoyens européens.

«approches plurielles des langues et des cultures» = approches didactiques qui mettent en œuvre des activités d’enseignement-apprentissage qui impliquent à la fois plusieurs (= plus d’une) variétés linguistiques et culturelles.

Le CARAP

Le formation plurilingue

  • une plus grande capacité d'apprentissage
  • l’expérience langagière antérieure
  • une égale dignité des variétés linguistiques

référentiel

  • savoirs
  • savoir-être
  • savoir-faire
  • élaboration de curricula
  • articulation des approches plurielles
  • reconnaissance de ces approches
  • complément du CECRL, et des portfolios

susceptibles d’être développés par des approches plurielles des langues et cultures.

pour l’élaboration de curricula articulant, y compris dans la perspective d’une progression, l’acquisition des divers savoirs, savoir-être et savoir-faire auxquels les approches plurielles donnent (exclusivement / plus aisément) accès;

 pour l’articulation entre les approches plurielles elles-mêmes et pour l’articulation entre ces approches et l’apprentissage de compétences langagières de communication dans des langues particulières (articulation conceptuelle et pratique, dans les curricula, dans la classe) ainsi que, plus largement, pour l’articulation entre les apports des approches plurielles et ceux de disciplines non linguistiques.

Par-delà, on peut considérer que ce référentiel, qui s’inscrit dans la tradition de ce qu’il est convenu d’appeler «référentiel de compétences» peut contribuer à la reconnaissance même de l’intérêt de ces approches, dont le potentiel n’est pas mis en évidence (de sorte que deux d’entre elles, l’éveil aux langues et l’intercompréhension entre langues parentes, sont souvent perçues comme de simples «sensibilisations»);

 représente un complément indispensable aux outils existants que constituent, en particulier, le Cadre européen de référence ou les Portfolios.

Notions

  • compétences
  • ressources

Méthode

  • Première étape: collecte des «entrées»
    • une 100aine d'ouvrage, des grilles
  • Deuxième étape: répartition et traitement des entrées
  • Troisième étape: établissement des listes de descripteurs de ressources et du tableau de compétences

Organisation du référentiel

  • un Tableau de compétences et micro-compétences globales
  • trois Listes de descripteurs de ressources
    • savoirs
    • savoir-être
    • savoir-faire
  • prédicats et objets

un Tableau de compétences et micro-compétences globales, dans le développement desquelles les approches plurielles jouent un rôle central et dont on verra, sans bien sûr s’en étonner, que leur usage est lui-même étroitement lié à la pluralité, qu’il s’agisse de la communication en contexte d’altérité ou de la construction d’un répertoire diversifié;  trois Listes de descripteurs de ressources relevant respectivement des savoirs, des savoir-être et des savoir-faire.

 un «prédicat» (nominal ou verbal, cf. plus haut), qui relève des savoirs (connaître, savoir que…), des savoir-être (ouverture, respecter, attitude critique, avoir confiance…) ou des savoirfaire (savoir identifier, savoir comparer, maîtriser, savoir tirer profit…);  un «objet» sur lequel s’applique le contenu du prédicat: la composition de quelques familles de langues, les langues peu valorisées, les emprunts, la diversité, un mot semblable à celui d’une langue qu’on connaît, les réalités étrangères, les préjugés, les relations phonie-graphie…

Les compétences globales

  • une compétence de résolution des conflits
  • une compétence de négociation
  • une compétence de médiation
  • une compétence d’adaptation

une compétence de résolution des conflits, obstacles, malentendus, une compétence de négociation, qui fonde la dynamique des contacts et relations en contexte d’altérité; une compétence de médiation, qui fonde toutes les «mises en relation», entre langues, entre cultures et entre personnes; une compétence d’adaptation

Tableau des compétences globales

Les savoirs

Les savoir-être

Les savoir-faire