Vers une politique des langues

Voir cette page sous forme de diaporama. Exporter la page au format Open Document

Ouverture de la journée d'études http://miriadi.net/wiki/je15mai

par Jean-Pierre Chavagne

Print eu_flag_llp_fr.jpg

Cette journée est organisée dans le cadre du projet Miriadi.

On a toujours eu de bonnes raisons de se poser le problème de l'enseignement des langues ou plutôt de leur apprentissage, mais il semble qu'on soit arrivé à un stade où on ne peut plus continuer à l'éviter, parce que les besoins sont nouveaux et plus criants, et qu'ils contrastent donc un peu trop violemment avec ce que nous faisons pour les couvrir. Des événements locaux nous ont alertés, et parallèlement, depuis 13 ans, nous nous sommes engagés (à Lyon 2 et ailleurs) dans une démarche qui ne voulait pas rompre avec l'existant, mais lui donner un peu plus de souplesse, d'humanité, de logique formatrice, et et d'efficacité, somme toute de rentabilité sous plusieurs aspects, aussi bien l'aspect financier. Après plusieurs projets européens autour de l'idée d'intercompréhension (Galanet, Galapro et Redinter) en tant que simple partenaire, nous voici aujourd'hui coordinateurs du projet Miriadi qui se propose de crée un réseau durable de praticiens et de chercheurs autour de la pratique de l'intercompréhension en ligne et en groupes “reconfigurés”.

Faut-il changer ?

  • Une réputation d'échec en langues
  • Des besoins plus grands en langues
  • Une secousse sévère en 2010 à Lyon

Les suppressions de 2010 ont été motivées par des contraintes n'ayant rien à voir avec l'environnement, ni avec la formation.

Quel environnement nouveau ?

  • Une université de plus en plus cosmopolite
  • L'abolition des distances par les voyages et par l'Internet
  • La politique d'internationalisation des universités
  • Il existe des politiques linguistiques à plusieurs niveaux

Une situation nouvelle en prendre conscience une ressource, un gisement (les natifs) des enjeux

Parmi ce qu'on fait ici

  • Minerve
  • Licence EN-DE-langues scandinaves
  • 2 TD d'intercompréhension
  • Tandem, et conversations
  • La MILC

La MILC : Maison internationale des langues et des cultures.

Quelles prétentions ?

  • tenir compte du milieu, de sa résistance
  • avancer par des mesures réalistes et progressives
  • aller dans une “bonne” direction

Cette journée n'a pas de prétentions très ambitieuses. Elle se propose de lancer des idées et des actions, de convaincre, de montrer, de rassembler les bonnes volontés pour repenser la question des langues dans notre université en fonction du monde d'aujourd'hui.

Quelles pistes ?

  • Pédagogiques
    • “L’exposition aux langues”
    • “promouvoir les occasions d’apprendre de manière informelle”
    • Faire valoir un droit à l'expérimentation, à l'audace
    • Faire de la place au plurilinguisme
  • Organisationnelles
    • Restructurations, fusions, conjonctions

Une université de langue française

Piémontais et basque à Cordoba (AR)

L'intercompréhension comme réponse

- au cours en anglais

Un droit à l'expérimentation : avec capitalisation des expériences

Du côté d'un conjonction entre le centre de langues, le CIEF et la DRI, il y a une réflexion à faire.

Le plurilinguisme

  • Plus de place aux pratiques plurilingues
  • L'intercompréhension
  • Ses effets

Assurer la réussite d'une future politique

  • Associer les spécialistes de l’enseignement des langues à sa conception
  • Faire voter la politique linguistique de l’université dans les conseils
  • Inscrire cette politique dans le contrat quinquennal
  • Faire piloter sa mise en oeuvre par le CEVU
  • Mettre en place une procédure de recours pour les étudiants et les enseignants lorsque le politique ne serait pas respectée

Références

Document de travail pour la journée : goo.gl/IFMlC