Voir cette page sous forme de diaporama. Exporter la page au format Open Document

S'intercomprendre aujourd'hui

Université de Corse, ESPE, Corte — jpc 06/11/2015


Pour afficher la présentation, cliquer sur l'icône représentant un écran–> Voir cette page sous forme de diaporama.

et pour obtenir un fichier imprimable, cliquez sur l'icône LibreOffice–> Exporter la page au format Open Document

à condition d'avoir OpenOffice ou LibreOffice sur votre ordinateur.

On n'a rien inventé

  • pratique ancestrale
  • précurseurs
    • langues scandinaves
    • romanistes allemands
  • chercheurs
    • Eric Hawkins (1915-2010)
    • Jørgen Schmitt-Jensen (1932-2004)
    • Claire Blanche-Benveniste (1935-2010)
    • Louise Dabène (1934-2013)

Diapo 1

Notes

Comme toujours, ce qu'on fait aujourd'hui remonte parfois à des temps anciens, voire très anciens. Ainsi, l'intercompréhension est une pratique ancestrale. Si on s'en tient au fait qu'on appelle intercompréhension ce dialogue réussi entre des personnes ne parlant pas la même langue, l'existence relativement récente du terme n'empêche pas le phénomène d'être aussi vieux que l'humanité elle-même, parce que c'est une pratique naturelle.

Cependant, les précurseurs de l'entrée à l'école de l'intercompréhension qui est aujourd'hui pratiquée en langues romanes, sont les scandinaves (Danois, Suédois et Norvégiens) qui, pratiquement pendant tout le siècle dernier ont donné aux enfants des écoles une connaissance des deux autres langues du groupe pour faciliter une compréhension déjà fortement aidée par la parenté linguistique. On lira avec profit l'article de Jean-Michel Robert.

D'autres précurseurs, du côté de la recherche scientifiques, ne sont pas romanophones non plus. Il s'agit des universitaires allemands du 18e siècle, et particulièrement de Friedrich Diez, qui est le fondateur de la romanistique.

Plus récemment, les idées que nous agitons aujourd'hui ont été exprimées, synthétisées à partir d'autres travaux, et portées par des chercheurs aujourd'hui disparus. Eric Hawkins (1915-2010) est un britannique qui a su lancer la dynamique de l'éveil aux langues sous le nom de “awareness of language” dès les années 1980. Jørgen Schmitt-Jensen (1932-2004), danois, a fait profiter les langues romanes de sa connaissance des pratiques scandinaves, et le projet dont il a été le coordinateur, Intercommunication romane, a donné un livre, Comprendre les langues romanes, dont la lecture nous est très utile. Claire Blanche-Benveniste (1935-2010), plus connue pour ses travaux en linguistique sur les corpus de langue parlée, a, elle, coordonné un projet qui a produit un CD-Rom et une méthode livresque d'apprentissage simultané de langues romanes, EuRom4. Louise Dabène (1934-2013), a été la première chef de file d'une série de projets, commencé par Galatea, et qui a mené au projet Miriadi.

On n'est pas tout seuls

  • Éveil aux langues
  • Didactique intégrée
  • Intercompréhension
  • Interculturel

Diapo 2

Notes

Il s'agit des quatre approches plurielles, auxquelles la DGLFLF a consacré une brochure téléchargeable : Approches plurielles, brochure de la DGLFLF.

  • L'Éveil aux langues a ouvert la voie des autres approches, qui se recoupent toutes un peu, mais présentent des démarches bien différentes.
  • La didactique intégrée est le sujet du chapitre 8 du CECRL. Toutes les langues font partie d'un archisystème et constituent un gigantesque continuum : il importa d'en tenir compte pédagogiquement quand un élève étudie plusieurs langues, et de ne pas oublier de faire le pont avec sa langue maternelle.
  • L'intercompréhension a toujours dans ses objectifs un apprentissage linguistique, par la séparation de compétences et l’association des langues, mais toutes ces approches plurielles ont en commun d'associer plusieurs langues, de deux à un grand nombre.
  • L'interculturel : nous en avons vu un exemple ce matin avec leprofesseur Elwyn Lloyd et le projet MexCo Intercultural Exchange sur le Moodle de l'Université de Coventry.

Une nébuleuse

  • sur la didactique
    • textualistes
    • connectivistes
    • oralistes
  • sur les langues
    • famillistes
    • voisinistes
    • bilinguistes
    • différencistes

Diapo 3

Notes

Si l'intercompréhension appartient à un ensemble plus grand qui est celui des approches plurielles, elle est elle-même un ensemble assez divers de courants de recherches, de débats en cours, de projets pluridirectionnels. En ce qui concerne la didactique, les courants seraient actuellement :

  • les textualistes : qui proposent des méthodes pour apprendre à comprendre plusieurs langues de la même famille en même temps à partir de textes ;
  • les connectivistes qui imaginent des activités en ligne et tirent profit des progrès de l'Internet pour évoluer ;
  • les oralistes qui cherchent des techniques pédagogiques pouvant mener à un apprentissage efficace de la compréhension de l'oral, alors que les autres intercompréhensionnistes se penchent davantage sur l'écrit.

En ce qui concerne le regard porté sur les langues, d'autres différences existent :

  • les famillistes, qui s'intéressent à l'intercompréhension quand les langues en présence sont de la même famille linguistique ;
  • les voisinistes, qui pensent qu'on peut et qu'on doit tirer parti d'un voisinage seulement géographique, sans forcément considérer le voisinage linguistique ;
  • les bilinguistes, qui admettent que l'intercompréhension peut se pratiquer et s'apprendre quand il y a seulement deux langues en présence ;
  • les différencistes, qui n’hésitent pas à pratiquer et à faire pratiquer l'intercompréhension avec des langues très éloignées linguistiquement : exemple FR/KO.

Les maniaques du clic

  • Galatea → 2000
  • Galanet → 2004
  • Galapro → 2010
  • Redinter → 2011
  • Miriadi → 2015

Diapo 4

Notes

  • Galatea a produit 7 CD-Rom.
  • Galanet : premiers forums plurilingues.
  • Galapro et Sessions galapro : formation de formateurs.
  • Redinter a permis principalement la rencontre des textualistes et des connectivistes.
  • Miriadi tire les enseignements des projets précédents.

On y est (presque)

  • portail
    • référentiel
    • réseau/association
    • formation
    • ressources
  • ambitions
    • publics
    • environnements
    • langues
  • polymorphisme
    • 7 scénarios
    • évolution
    • variabilité

Diapo 5

Notes

La nouvelle plate-forme de formation fait partie d'un site ou portail consacré à l'intercompréhension en ligne : http://www.miriadi.net/

Outre un espace pour les sessions de formation, il affichera un référentiel de compétences en intercompréhension et une série d'activités pédagogiques, en plus de ressources diverses, le tout permettant de disposer d'une documentation pour enrichir le travail pendant les sessions.

Parallèlement, un réseau est hébergé par le portail et ce réseau est constitué par les enseignants, les chercheurs, et toutes les autres personnes susceptibles d'en tirer parti.

Parmi les membres du réseau, certains prendront les décisions politiques et financières pour l'évolution du portail et de ses activités.

L'ambition de ce nouveau portail est grande : élargir la pratique de l'intercompréhension enligne à tous les niveaux de l'éducation, publique ou privée, l'offrir aux entreprises pour la formation de leur personnel, la proposer aux associations et autres organismes officiels ou non, et enfin permettre à des personnes isolées de l'utiliser librement.

La plate-forme de formation elle-même a été conçue pour permettre une souplesse maximum. Si des modèles de scénarios prêt à l'emploi seront proposés, il sera aussi possible à des équipes d'enseignants de créer un environnement à leur mesure, et la plate-forme évoluera avec les progrès de l’Internet.

L'après projet

  • l'association
    • l'extension du réseau
    • la maintenance du site
    • la mise en place de formations

Diapo 6

Notes

http://www.miriadi.net/l-apicad

Le projet lui-même se termine officiellement à la fin du mois de novembre 2015, et c'est l'association APICAD qui gérera la poursuite des buts du projet.

  • l'extension du réseau (avec l’extension à d'autres langues et familles de langues)
  • la maintenance du site (et son évolution technologique)
  • la mise en place de formations